Être Ou Ne Pas Être … Charlie ? Est-ce Là La Question ?

10552396_1014104818603814_4060153290225306601_n

Pour ceux et celles qui ont été pris et épris par ces polémiques artificielles réduisant la tragédie humaine qu’a vécue Charlie Hebdo à un simple hashtag, je me permets une clarification dans ce qui suit.

#JeNeSuisPasCharlie si Charlie se veut un outil de liberté d’offense, un véhicule de haine et une machine à conspuer l’autre en perpétuant stéréotypes et préjudices.

#JeSuisCharlie si Charlie se veut un véhicule de liberté d’expression humaine, humaniste, engagée, respectable et respectueuse de cet autre, dans toute sa splendeur, ses failles, ses faiblesses, ses prouesses et ses contradictions.

#JeSuisCharlie si Charlie se meut en une « presse » à vocation, une presse qui invite à l’autocritique, à la réflexion, à la dérision même sans offusquer l’autre. Une dérision à dessein noble sans dessins concupiscents. Des dessins qui bien loin de démanteler la crédibilité des personnages représentés, portent atteinte – d’abord et avant tout- à l’humain, à cette femme et à cet homme en les diminuant à un bout de chair charnel et charnu.

#JeNeSuisPasCharlie jusqu’à ce que #JeSuisNajiElAli, #JeSuisDieudo, #JeSuisSine, #JeSuisSnowden, #JeSuisWikileaks #etc. soient tous pesés avec les mêmes poids de mesure… Je demande un traitement équitable universel pour ce droit universaliste qu’est la liberté d’expression, et ce, quelque soit la religion au collimateur, la nation concernée ou la couleur de peau du(‘es) protagoniste(s).

Je cite Dieudo ci-haut mais avant de m’accuser d’antisémite, sachez :

1) je ne connais point ses spectacles mais j’ai bien lu – oui nous autres musulmans il nous arrive de lire – que ses spectacles à lui une fois censurés n’ont pas bénéficié du VIP-pass octroyé gracieusement par son Altesse Royale la Princesse Liberté d’Expression.

2) je suis une fan invétérée des Gad/Eli Kakou/Forestie/Carlyle etc. : je préfère l’autodérision à l’humiliation de cet autre qui « nous » est singulier et si différent.

Indépendamment de mes goûts personnels, je défends la liberté de tous les Charlies/Dieudos du monde d’exister. On peut coexister pacifiquement – ou mieux chaleureusement – tout en discutant avec discernement et respect de nos différences, de nos similitudes, de nos aspirations sans conspirations; de nos peurs et de nos frayeurs, de nos douleurs tout en transcendant nos couleurs. Bref, de ce qui fait de nous ce “nous”: notre humanité et notre humanisme. Nos singularités qui nous sont propres sont là pour nous enrichir les uns les autres et non nous engloutir dans le gouffre de la peur et le conformisme. C’est cela qu’il faut sanctuariser et non ces stéréotypes à la sauce extrémiste utilisés comme pinceaux – à mauvais escient- pour dépeindre toute une population, toute une nation ou toute une ethnie.

Comme l’a si bien dit un ami, je traduis: « … dans la vie il y’a les religieux, les agnostiques et les malades. Toute religion ou non a sa propre catégorie de malades. Dieu merci, (ces derniers) ne constituent qu’une petite frange de la population. »

Maintenant que ce faux « débat » est clos, permettez-moi de rendre à César ce qui lui appartient :

Quand la mort tragique de 17 bonnes âmes parvient à occulter – sur les toutes les scènes possibles (nationales, internationales, internet) – le génocide de plus de 2000 autres bonnes âmes, l’on se demande ce qui cloche avec cette éclipse. Ou pas. Après tout, le massacre de ces bonnes gens au Nigéria fut un massacre sudiste, moins digne d’être projeté en première ligne par les médias nordiques. (C’est de la géographie 101 bien entendu). Encore moins habilité pour que Bibi et ses confrères annulent leur brunch du Dimanche pour faire une marche de l’unité « hand in hand ». Ces vies nigérianes/africaines valant moins sur le spectre des droits humains que des vies françaises/occidentales. L’échelle exacte pour convertir une vie occidentale/blanche en vie africaine/musulmane/arabe est en voie de finalisation, car, vous en conviendrez, elle s’élargit jour après jour. Pour les impatients, je m’hasarderai à estimer le taux de change : en ce moment, je dirais que ça vacille dans les 1 vie contre 100 environ. Malheureusement, dans le royaume égalitaire des animaux humains, tous les hommes ne sont pas nés égaux, mais animaux si.

Une éclipse, disais-je, réussie car étoffée sous l’emblème universaliste de la ô combien sacrée : liberté d’expression. Plus sacrée que la vie de ses mandataires, vraisemblablement. C’est le concept magique qui a permis à cet événement tragique de s’imposer comme une problématique de portée planétaire sur la scène de l’actualité. Le massacre – tragique aussi- de Boko Haram semble tout de même être doté d’atouts médiatiques majeurs: du barbarisme, des liens avec des islamistes, des meurtres, des armes, etc.… Pourtant…

P.S.
Puissent toutes les vies perdues en ce début de 2015, dans des océans ou sur terre, dans des zones conflictuelles ou pas, qu’elles soient blanches, noires ou multicolores, qu’elles croient en Dieu-Jésus, Allah ou Krishna ou “none of the above”, puissent-elles toutes reposer en paix. Amen.

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s